CiscoShow

Web, ti-punch et cocotiers

23 avril, 2009
de Cisco
3 commentaires

L’émancipation prochaine de l’homme

C’est amusant de se rendre compte qu’avec l’âge les discussions entre nous (les hommes) portent toujours sur elles (les femmes) … et la dernière voiture que l’on essayé bien sûr (sinon on serait pas totalement des mecs)!!!

D’ailleurs il y a une évolution lexicale intéressante, puisqu’avant c’était « ma meuf elle fait chié !! » et « t’as vu ma caisse mec, t’as vu les gentes … ouais ouais … 0_O ) … Il fallait bien que jeunesse se fasse comme « elles » disent.

Ces derniers temps toutes les discussions que j’ai avec mes amis (sans « E ») abordent forcément la délicate question de  » et toi ? ta femme ça va ? elle te mène pas la vie trop dure? ». Non mais à croire qu’on est comme persécuté, que tous ce qui fait qu’on est des hommes reste dans la boîte à gants une fois qu’on a garé la voiture et qu’on passe le pas de la porte de notre home sweet home. On se prépare psychologiquement à l’affronter « elle ». Les femmes tuent a petit feu, les enfants qui sont en nous … peut-être pour nous amener vers une phase Papa qu’on redoute pas forcément, mais qu’on a juste envie d’aborder à notre manière… Avec le petit brin de folie qui nous caractérise.

Dans le lot de mes potes, il y a ceux qui abandonne, il y a ceux qui ont de la chance, il y a ceux qui s’accrochent et il y a ceux qui se prennent pas la tête avec tous ça !! On pourrait aussi dire qu’il y a ceux qui passe par toutes ces phases en même temps.

J’ai parfois l’impression que l’homme n’a jamais vécu son émancipation. Car si on parle de l’émancipation de la femme… Alors c’est qu’il doit forcément avoir une émancipation de l’homme ou un truc du genre !!Je me demande si c’est pas en cours d’ailleurs !!

« Elle sentait distinctement et décidément le savon. Au diable. Autant coucher avec une machine à laver. » Boris Vian, Les mors ont tous le même peau

29 mars, 2009
de Cisco
2 commentaires

C’est pas si fastoche (les mecs)

(Merci Sblabla d’avoir écrit ça, je n’ai pas pu résister, j’ai fais la version mec !!)

Un mec c’est fastoche, ça pleure pas, ça chouine, ça n’a que des bas, ça a pleins d’idées irréalisables et diffuses, ça change rarement d’avis, ça prend tout mal quand ça vient de sa gonzesse et ça prend tout bien quand ça vient de son meilleur ami, ça aime (aussi … parfois), ça mange des frites et des steaks.

Un mec c’est d’un compliqué, ça hésite toujours pour acheter un auto radio, jamais pour acheter une fringue, ça s’habille mal, ça pense toujours qu’il possible qu’hypothétiquement il y ai des chances que ça se produise, ça dévore en 5min ce que sa femme à mis 1h à cuisiner, ça peut-être borné et adorable.

Un mec ça a besoin de connaître juste le début de l’histoire, c’est parano, ça fait la fin des histoires tout seul, ça ne s’inquiète pas si le chat de la voisine a disparu, ça pense, ça réfléchi, ça ne dit rien, ça accélère quand il voit une bête traverser la route, ça ne s’excuse pas, ça oublie vite ses bêtises.

Un mec ça veut des choses mais ça ne les demande pas, ça fait les choses en douce, ça veut pas se faire taper sur les doigts, ça a peur de sa maman, ça n’est jamais tout blanc ou tout noir, c’est souvent skyzo, ça entend plein de voix qui lui disent de faire des bêtises, ça n’y est pour rien.

Un mec ça dit oui mais ça pense non, ça dit oui mais ça n’écoute pas la question,  ça dit non mais c’est pour embêter sa femme, ça rigole, ça se moque, ça fait des pièges à ours, ça se fait pardonner avec un bouquet de fleur, ça signe parfois le plâtre de sa femme, ça ne calcule pas toujours bien son coup.

Un mec c’est pas si fastoche, c’est de mauvaise humeur quand trezeguet loupe un pénalty en finale de coupe du monde, c’est con, ça noie son chagrin dans de la stella 33, ça parle fort, ça rentre à 5h du mat, ça rote, ça pête,  ça se brosse pas les dents avant d’aller de se coucher, c’est coquin, ça ronfle.

Un mec ça ne s’entretient pas seul, ça oublie les dates, ça fait super bien les boîtes de raviolis, ça grossit sans espoir de maigrir, c’est toujours là quand tu veux faire une réunion sex toys Tupperware, ça n’a pas de notice, ça pourrait être un beau concept, ça dit trop souvent :  » c’est comme ça, c’est la vie ».

Un mec c’est de la poésie à l’état pur, c’est romantique, ça écrit des mots doux, ça invite sa doudou au restaurant, ça croit en l’amour, ça croit en la monogamie, ça pense qu’il n’y a qu’elle qui peut le comprendre, ça pense que sa doudou c’est la plus belle, ça raconte n’importe quoi pour se rendre intéressant.

Un mec c’est pas un sex toy, c’est mieux, c’est lubrifié d’origine, ça gigote, ça n’a pas besoin de pile alcaline, ça peut se mettre en route tout seul, ça n’a pas de bouton « mise en veille », ça pense au plaisir de sa partenaire, ça explore, ça chatouille, ça n’a pas de SAV, ça s’endort comme un bébé.

Un mec c’est accessible à toutes, ça s’achète à coup de bas résille, ça peut se garder une nuit, ça peut se volatiser au petit matin, ça peut réapparaître avec les croissants et le café, ça peut rester attacher, ça peut se souvenir de ton numéro, ça peut t’offrir de nouveau dessous, ça peut s’excuser d’avoir manger les anciens (…dessous).

Un mec ça pense qu’on a qu’une vie, ça veut vivre 10 vies dans un vie, ça pense qu’on peut être nomade et heureux, ça n’est pas intéressé par l’argent, ça ne veut manquer de rien, ça ne veut surtout pas être seul, ça aime ses vieilles fringues, ça n’en changerai pour rien au monde, ça obéis à sa femme, ça fini par payer par CB à Celio.

Un mec c’est solide, ça avance, ça n’a pas le temps de bronzer, ça fait de la maçonnerie, ça se fait aider par ses potes, ça boit des bières, ça commande des pizzas, ça n’avance plus, ça se souvient, ça t’oublie, ça allume la TV, ça supporte le PSG ou l’OM, ça finit par s’engueuler avec ses potes, ça pense que demain il faudra commencer la charpente.

Un mec c’est pas si fastoche, ça aime tout le monde, ça veut vivre partout, c’est impulsif, c’est un concept vague, c’est barbu, c’est parfois beau en caleçon et chaussettes, c’est camouflé, ça clope, ça picole, ça ne sera jamais comme avant, ça s’apprivoise.