CiscoShow

Web, ti-punch et cocotiers

15 février, 2014
par Cisco
3 Commentaires

Saint Valentin chez Ipates

Voilà un petit restaurant à Saint François apprécié des connaisseurs de bonne cuisine italienne.

C’est la Saint Valentin et ma moitié à gagner une soirée pour deux dans ce restaurant sur le site Guadeloupe.net (n’hésitez pas à donner votre avis sur les restos ;p).  Ipates fait parti de ces restaurants où la cuisine est fait avec passion, ils sont peu en Guadeloupe, on peut les compter sur les doigts d’une main. Au menu Saumon et burrata, raviolis aux truffes, spaghetti et filet mignon et un dessert aux fruits rouges panacotta et meringue … perfect !

Le restaurant se trouve dans une case traditionnelle des Antilles. Le mélange Epicerie italienne et restaurant fait de cet endroit un lieu unique en Guadeloupe qu’il ne faut pas louper si vous passer à Saint François.

Merci pour cette soirée ;)

burrataipatesguadeloupe

Rejoignez i.pates sur Facebook

Donnez votre avis sur i.pates : http://guadeloupe.net/restaurant/i-pates

6 décembre, 2013
par Cisco
9 Commentaires

Mon petit garçon

Bienvenue ! Bienvenue dans ce monde. Tu verras avec le temps, il n’est pas parfait, il n’est pas toujours juste, mais j’ose croire que tu as la chance de naître dans une famille qui t’attendait avec impatience et qui saura te donner tout l’amour dont tu auras besoin pour affronter les épreuves de la vie. En Guadeloupe, il y a du soleil, la mer, des filles magnifiques et beaucoup de champagne … je pense donc que les conditions sont réunis pour que tu passes les obstacles qui se dresseront devant toi avec aisance.

 Ça fait déjà quelques mois que tu as une relation privilégiée avec elle, mais tu vas enfin pouvoir rencontrer ta maman. Cette une petite femme c’est vrai, mais tu sera surpris par son courage et par sa capacité à toujours être à tes côtés et te soutenir dans tous ce que tu entreprendras, sauf bien évidemment, les grosses conneries que tu ne manqueras pas de faire, évite surtout de lui parler des plans foireux que tu préparas avec tes potes. Mais pour le reste, elle t’aidera comme elle m’a toujours aidé. Elle sera forte pour toi malgré sa fragilité. Elle sera parfois dure avec toi et t’auras probablement envie de lui crier : « mais ta gueule maman … TA GUEUUULE » … Même si d’entrée de jeu, je ne cautionne pas … je comprendrais ! Petit ingrat ! Elle qui t’auras donné le sein afin que ton petit corps frêle et fragile résiste au température hivernale des tropiques. Elle qui te protégeras de tes petits camarades dans la cours de récréation de la maternelle du village. Elle qui te diras : « eh alors mon fils t’as une petite copine », au retour du premier jour du collège … non je comprendrais le « Ta gueule maman », je te demanderais juste de lui faire un gros câlin et un gros bisous juste après … un petit « je t’aime maman chérie » n’est pas une option !

Quand t’à moi, ton papa, tu peux compter sur moi pour t’apprendre absolument toutes les conneries que j’ai en stocke ! D’ailleurs n’espère pas une seule seconde me duper, je connais a peu près tout sur l’art de ne pas me faire gauler par le paternel ou par ta maternelle … pour le reste, ils ont inventé Google il y a quinzaine d’années, alors t’es foutu … ce ne sera pas ta génération qui apprendra au vieux singe à faire la grimace … oh c’est malinnnn, non ce n’est pas moi le vieux singe … petit chimpanzé ! Par contre, Si tu prépares un jour un plan suffisamment ambitieux pour faire gueuler ta mère, je pourrais éventuellement te donner mon avis technique sur ton projet, il se peut même que j’investisse dedans et que j’y participe activement … mais attention souviens toi du câlin –> bisous –> « je t’aime maman chérie ».

 Comme tu le vois, on va bien se marrer tous les 3, c’est le début d’une sacrée aventure qui va faire de nous tes parents, de toi notre petit garçon et de nous tous une famille.

Bienvenue mon petit gars !

9 septembre, 2013
par Cisco
0 Commentaires

TwittApéro #GuadeloupeTech #1

Salut à toutes et tous, il y a quelques temps déjà, j’avais organisé des rencontres entre Web-entrepreneur en Guadeloupe (2) et des TwittApéro (2 ou 3)… Aujourd’hui on repart pour un tour avec #GuadeloupeTech.

Késako #GuadeloupeTech ?

#GuadeloupeTech est une association qui regroupe les talents numériques de Guadeloupe. L’association tend à devenir le Cluster numérique de l’archipel des îles de Guadeloupe … et ça c’est bien (et c’est beau aussi !). L’association qui vient d’être créé regroupe déjà une douzaine de personnes, principalement des entrepreneurs, mais pas seulement.

Le TwittApéro

Afin de rencontrer les passionnés du Web et plus particulièrement du Web en Guadeloupe et aux Antilles, GuadeloupeTech vous invite à participer au prochain TwittApéro

Date et heure : Jeudi 19 septembre à 19h (c’est facile à se rappeler comme ça)

Lieu : 5 O’ Clock au Gosier (Parking du Cheyenne)

Pour nous prévenir de votre venue et qu’on vous prépare un badge afin de faire des : »Waouuuh c’est toi @demarcq !! » envoyez un twitt à @ciscoshow ou laissez un commentaire ici ou encore sur la page facebook de GuadeloupeTech

On ajoutera la liste des participants avec un lien vers leur compte Twitter ici :

@ciscoshow

@ekonomiz

@valviderie

@jeremiesibert

@pwofet

@demarcq

@shopping97

@oodyni

@albicep

@laeliaAncepsS

@Fwix_

… et pleins d’autres dont je ne connais pas le compte Twitter, n’hésitez pas à me le twitter (@ciscoshow) ou le laisser en commentaire … à jeudi

twittapero-guadeloupe

 

6 septembre, 2013
par Cisco
0 Commentaires

Dominica

Cela faisait des années que je voulais passer quelques jours sur l’île voisine : La Dominique (Dominica). Elle est située entre la Guadeloupe et la Martinique. En avion, il faut 17 minutes pour rejoindre l’aéroport Melville Hall qui se trouve à quelques kilomètres de Portsmouth, la « Grande » ville du nord de la Dominique.

Nous avions organisé le séjour sur le net pour réserver nos nuits dans différents gîtes, mais très sincèrement, il y a largement moyen de partir avec son sac à dos et trouver un endroit où dormir directement sur place. Ce n’est pas qu’il y a des gîtes ou des hôtels partout, mais durant toutes notre voyage, les dominicains nous ont aidé et ont été d’une gentillesse comme j’ai rarement vu.

Jour 1 :

Nous décollons de l’aéroport de Pointe à Pitre presque à l’heure, 30 petites minutes de retard. Mais une surprise nous attend en montant dans l’avion : nous sommes les seuls passagers en direction de la Dominique … on a privatisé l’ATR de la compagnie LIAT, la grande classe ! 17 minutes plus tard, nous atterrissons à Melville Airport et récupérons notre 4×4, le véhicule indispensable pour la Dominique, la route principale est praticable (sauf par endroit), mais le réseau secondaire … en fait il n’y pas vraiment de réseau secondaire sauf dans le Parc National au sud de l’île.

On arrive à notre premier gîte, la route est improbable, d’ailleurs on s’y reprend à 2 fois pour trouver le chemin de terre-boue-passage de gué qui va nous conduire au Brandy Manor. Un gîte-ranch au milieu de nulle part tenu par une Anglaise-Rasta. C’est tellement au milieu de rien qu’il n’y a pas d’électricité et la lumière du soir est assurée par un groupe électrogène. Notre hôte a de superbes chevaux et c’est aménagé un petit coin de paradis à côté d’une rivière. Pour le dépaysement, on n’est pas déçu. Il se fait tard et les 3 gaillards que nous sommes ont faim, on nous indique un « restaurant » à 5 minutes en voiture : l’iguana café. Ce petit resto est tenu par un couple de rasta, on est accueilli par le mari dont la camionnette, garée devant l’entrée, est identifiable à l’inscription sur le pare-brise arrière : « Jah is my co-pilot ». Le restaurant ressemble à ces petits restos parisiens qui essaient de reproduire une ambiance authentique en plein milieu d’une agglomération de 15 millions d’habitants. Sauf que là, nous sommes au milieu de nulle part et que le vélo, les cagettes, les photos sur les murs et autres filets de pêches sont là car il n’y a pas d’autres endroits où les mettre. Bob marley et toutes les légendes du reggae passent sur le petit écran dans l’angle de la salle, parfois notre hôte se mets à chanter ou à danser. Comme il nous l’expliquera plus tard dans la soirée, pour lui, le paradis c’est ici, maintenant … tellement vrai. Nous goûtons tous ce qu’on nous propose et même cette sorte d’alcool de Génépi … personnellement, mon estomac à mis 10 jours à s’en remettre.

Jour 2 : 

On sait déjà qu’on va louper la visite de l’Indian River, ça nous servira d’excuse pour revenir, mais nous décidons de foncer vers le sud de l’île et Roseau. La route est nickel, on arrive rapidement à Roseau, puis Scott Head à l’extrême Sud de l’île. On décide de sortir les masques et les tubas … mais il nous manque un masque et un tuba ! A ce moment, un dominicain, qui a dû nous voir passer dans le petit village de pêcheur à côté, nous accoste et nous propose de nous emmener en bateau voir les dauphins (on avait nagé avec eux une semaine plus tôt aux Saintes), puis il nous propose des masques, tubas et palmes, il nous indique où l’on peut plonger, c’est parti pour 1h30 de snorkeling dans une sorte de réserve où tout le monde pêche, il n’y a pas grand chose à voir, mais les apnées sont plutôt sympa à faire. On remonte à la surface, on a faim, il est 15h et on cherche un coin où déjeuner, en demandant aux habitants on découvre un restaurant au milieu d’un jardin tropical tenu par une dominicaine du nom de Shannon. Il est 15h, il n’y a personne sauf nous, mais avec son plus beau sourire elle nous invite à nous asseoir pour manger et ce fut délicieux. Là on c’est dit que le Dieu du Voyage et des road trip était avec nous… en fait non, c’est juste la Dominique qui est comme ça ! Après une ballade digestive au pas de gymnastique sur la Soufrière local, nous nous mettons en quête de notre second gîte : Le petit Paradis. Une fois le gîte trouvé, nous nous mettons à la recherche d’un restaurant pour le soir, mais nous nous rendons rapidement compte que le seul restaurant du coin se trouve à notre gîte … retour à la case départ. Petit passage par les eaux chaudes Screw que nous avions confondu avec un probable restaurant. Je me suis rendu compte que nous n’étions pas au bon endroit en voyant s’approcher de moi un rasta déguisé en « Petit Coeur » dans Dragon Ball Z. Retour au petit Paradis pour diner encore une fois une cuisine maison à base des légumes du jardin.

Jour 3 : 

Ce fut le jour le plus sportif, au programme, visite de Trafalgar Falls, Middleham Falls, Boeri Lake, Freshwater Lake, pour finir par Titou gorge. Trafalgar Falls est très facile, n’importe qui peut se rendre aux 2 magnifiques chutes. Titou Gorge est aussi très accessible, en quelques minutes on arrive sur place. Pour Middleham Falls, Boeri Lake et Freshwater Lake, nous avons pris l’option sportive en faisant une partie des trails en courant (perso j’ai abandonné sur le FreshWater Lake). Une fois de plus nous n’aurons pas le temps de faire le Boiling Lake qui se trouve être l’un des 2 uniques « Boiling Lake » au monde (l’autre se trouve en nouvelle zélande).

Le midi fut plus compliqué pour trouver quelque chose à manger, on se retrouve dans une baraque à frite locale avec 3 rhumiers qui nous parleront en kreyol-anglais-français, mais politesse et gentillesse dominicaine oblige ils nous laisseront « tranquille » au moment du repas.

Il se fait tard, nous sommes fatigués, nous décidons de nous rendre au prochain gîte : « Oh la la Villa ». La Villa se trouve au Sud Est de l’île, mais pour rejoindre cette partie de l’île, il va nous falloir revenir sur Roseau et emprunter la partie de la route principale la moins praticable. Au bout d’une route interminable où on a cru ne jamais trouver la Villa, on tombe sur Oh la la Villa. Notre hôte Debra va une nouvelle fois nous étonner. La villa est superbe, vue sur mer, les deux appartements sont nickels … le grand luxe. Debra nous a rempli les frigos de bière et nous sert la première tournée, on est au PARADIS :D

Nous voulons tester un resto dans le coin, mais la maitresse de maison nous convainc de rester à kaz, elle va nous préparer notre repas et nous ne regretterons pas, ce fut un régal. Nous poussons « le bouchon » en lui demandant du vin, elle nous rapporte les 2 seules bouteilles de la maison. Un rhum vieux ? pa ni  pwoblem ! Nous sommes comme à la maison et ça fait du bien.

Jour 4 :

Nous quittons Oh la la Villa avec beaucoup de mal. Debra nous emmène dans son jardin (champ) créole, on coupe un peu de canne, des cocos, elle nous donne ses dernières instructions de lieu à visiter sur la route qui va nous ramener vers le nord. On part, mais on aurait aimé rester une journée de plus dans cet endroit.

Au programme de cette 4ème journée, de la rando, de la rando et des chutes.

On va découvrir les victoria Falls grâce à un guide Rasta. L’endroit n’est pas balisé, il faut remonter une rivière, ça nous coutera 100 dollars caribéens (30 €), mais tant pis. Cette remontée de rivière blanche est magnifique. Je ne le précise pas, mais on ne rencontrera personne, comme souvent d’ailleurs.

Nous nous rendons ensuite sur un petit trail qui démarre très haut sur une falaise et qui descend jusqu’à la mer, on y trouve de petits bains où l’on peut se plonger. la suite sera bien plus amusante puisque nous arrivons à Wavin cyrique, un endroit tout simplement magique. La descente est raide, très raide même. Après quelques centaines de mètre de chemin dans la forêt on aperçoit au bout du chemin, une corde ! Elle descend à pic vers ce qui semble être la suite du chemin. On descend ! On descend ! On descend encore ! Et on arrive sur une plage de sable gris anthracite avec au bout de la plage une chute de 40 mètres qui plonge de la falaise vers la mer … époustouflant. La descente en valait le coût ! On se baigne entre l’eau chaude de la caraïbe et l’eau froide du torrent qui s’écrase sur nos épaules, décidément le paradis est définitivement ici.

On finira la journée par l’Emerald Pool, très facile d’accès, le chemin est entièrement bétonné! La chute et l’endroit sont sympas, même si en arrivant un peu tard, nous ne profitons pas de la lumière qui doit rendre l’endroit encore plus magique.

Avec des images plein la tête, nous nous rendons à notre dernier gîte, la fin du voyage. Nous sommes accueilli par une anglaise « d’un certain âge », le contraste avec la veille est trop important et nous sommes un peu déçu. Heureusement notre cabane offre tout le confort dont nous avons besoin, un lit pour chacun, des hamacs et la fraicheur de la rivière à proximité. Nous partons à la recherche d’un restaurant et ce n’est jamais gagné d’avance, mais encore une fois le dieu du voyage va nous guider vers Pagua Bay et son sublime hôtel qui donne sur la baie. On dîne en terrasse, vu sur la mer, la piscine et puis le clair de lune qui se reflète dans les vagues de la caraïbes … le top du top pour la fin.

Dernier jour : 

Nous sommes à proximité de l’aéroport et décidons de visiter l’escalier à tête de chien, un endroit sacré des indiens où l’on peut emprunter un escalier naturel qui descend dans la mer. Après un petit resto à midi, nous cherchons à visiter une plage où a eu lieu le tournage de Pirates des Caraïbes, on prends en stop 2 jeunes qui nous conduisent à un bassin. Là on voit un 4×4 dans la rivière, la première chose qu’on se demande : « comment il est arrivé là ». Ensuite c’est : »bon va falloir l’aider à sortir de là ». Finalement, on se rend compte que le type a mis son 4X4 dans la rivière pour le laver !! Faut se rendre à l’évidence, ce n’est pas l’endroit que nous cherchions, on trouve finalement la plage, la fin du voyage, nous ne sommes qu’à 3 minutes de l’aéroport.

Si je devais retenir 3 choses de la Dominique ce seraient :

  • ses paysages vierges et fantastiques
  • la gentillesse et l’accueil de ses habitants
  • et une cuisine authentique et plus que généreuse

Vous avez l’âme aventureuse et vous souhaitez faire un voyage en dehors des autoroutes classiques … je vous recommande fortement la Dominique.